Hypnose à Paris, EMDR, IMO et Thérapies Brèves
Hypnotherapeutes à Paris  
Cabinets d'Hypnothérapeutes Parisiens, 7 hypnothérapeutes spécialisés en EMDR - IMO, Psychothérapie Brève. Formations, Supervisions, Consultations

Dans le Monde de l'Hypnose
Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Sevrage tabagique : et si l’hypnose faisait des miracles ?



Sevrage tabagique : et si l’hypnose faisait des miracles ?
Un sevrage rapide

Jean-Paul se tourne alors vers l’hypnose, méthode dont son médecin lui a parlé, mais doit faire face aux réticences de son entourage. « Ma famille craignait que je ne me fasse voler. Mais je ne me suis pas laissé démotiver, je voulais tenter cette nouvelle forme de thérapie. »

Comme Jean-Paul, de plus en plus de fumeurs se tournent vers l’hypnose. Pour Claude Rappaport, hypnothérapeute à Paris, la méthode touche indistinctement les hommes et les femmes mais attire principalement des personnes qui ont tout essayé par ailleurs.

« Bien souvent, je reçois des gens démunis qui ont l’impression d’avoir une montagne devant eux qu’ils se sentent incapables de gravir seuls. Mon rôle est donc de les accompagner dans le renouveau d’une vie sans cigarette ».

En l’espace de deux mois, Jean-Paul effectue cinq séances d’une durée d’une heure. Au terme d’hypnose, il préfère d’ailleurs celui de « relaxation ». « J’étais certes détendu mais en même temps conscient. Pour moi, il s’agit plus d’une navigation intérieure qui m’a amené à m’interroger sur mes motivations, sur ce que la cigarette représentait pour moi et de quelle manière je pouvais modifier mes habitudes. »

La cinquième et dernière séance reste cependant floue pour Jean-Paul : une seule chose est sûre, il ressort du cabinet convaincu qu’il ne touchera plus à une cigarette de sa vie. « Faire le deuil du tabac me semblait impossible et pourtant, je l’ai fait. Il m’arrive encore d’avoir l’idée de reprendre, mais cela dure un dixième de seconde. Juste après, je me dis que je n’en ai plus besoin. Je ne sais pas d’où vient cette volonté. Même mon entourage est bluffé ! »


Une réflexion indissociable de l’hypnose


Mais alors comment un tel miracle est-il possible en si peu de temps ? Comme l’explique Claude Rappaport, il existe deux types d’hypnose. Tout d’abord, l’hypnose « directive » qui consiste à donner des ordres au patient : « le tabac, ce n’est pas bien, tu ne dois plus toucher à une cigarette ». Rapide (une seule séance peut suffire !), pratique, cette méthode comporte cependant des risques de rechute sur le long terme et notamment, le risque de compensation par une autre addiction (par exemple, des troubles alimentaires).

Il existe également l’hypnose « d’accompagnement », méthode privilégiée par Claude Rappaport. Celle-ci se compose tout d’abord d’une demi-heure de réflexion et de conversation autour du tabac. « Le tabac est un mode d’expression de soi. Le but est donc d’identifier tous les gestes liés à la cigarette et d’aider la personne à se définir autrement que par le tabac.

Bien souvent, on fume pour évacuer un stress et s’accorder une pause dans la journée : la pause doit être maintenue car elle est importante, mais il faut éviter que la cigarette soit l’objet de décompression. » Après la réflexion vient la demi-heure d’hypnose proprement dite. Par hypnose, on entend un état dissocié de la conscience : une sorte d’état de veille, entre rêve et sommeil, durant lequel la personne est psychiquement présente et peut répondre aux questions du thérapeute.

L’expérience a montré que durant cette rêverie, la personne se révèle plus perméable aux suggestions. L’hypnothérapeute recourt donc à différentes images – positives ou négatives – pour l’accompagner dans sa volonté de changement. « Les symboles que j’utilise durant le temps d’hypnose sont propres à chacun, souligne Claude Rappaport.

Je m’appuie sur des arguments suggérés par les patients eux-mêmes. Par exemple : si quelqu’un évoque la gêne liée à l’odeur du tabac, je vais lui présenter des images qui renforceront ce dégoût. S’il me parle davantage de la contrainte que représente la cigarette, j’utiliserai des images qui évoquent la liberté. Mon rôle est de m’adapter aux représentations de chacun. »

Rédigé le 09/11/2010 modifié le 21/06/2012


Lu 14190 fois

        




1.Posté par Laurent GROSS le 09/11/2010 17:30
Un remerciement particulier, une fois n'est pas coutume, à Mme Elisabeth François Rédactrice en Chef de la revue ADDICTIONS, pour sa gentillesse, sa compétence et sa promptitude.

Un autre remerciement à Mme Ariane LANGLOIS journaliste, qui contrairement à bien d'autres, n'a pas déformé les propos, et pour la qualité de sa plume journalistique.

2.Posté par jamelot le 26/11/2010 11:09
puis je avoir l'adresse d'un therapeute en medecine douce hypnose ou auriculothérapie pour arreter de fumer sur lyon 9eme
merci de me répondre rapidement

Nouveau commentaire :
Twitter

Hypnose Ericksonienne | Hypnothérapeutes à Paris | EMDR et Hypnose | Traitements Hypnose, Traitements EMDR | Pathologies | Hypnose Traditionnelle | Vidéo Hypnose | Revue de Presse | Livres d'Hypnose Ericksonienne et Thérapies Brèves | Formation Hypnose & Therapie Breve