Hypnose à Paris, EMDR, IMO et Thérapies Brèves
Hypnotherapeutes à Paris  
Cabinets d'Hypnothérapeutes Parisiens, 8 hypnothérapeutes spécialisés en EMDR - IMO, Psychothérapie Brève. Formations, Supervisions, Consultations

Agoraphobie : j'ai de plus en plus de mal à sortir...

 Patricia
Vendredi 20 Juillet 2012

Notez [Ignorer]
Bonjour,

Que faut il faire ? En ce moment j'ai de plus en plus de mal à sortir de chez moi : tout m'oppresse , impossible de prendre les transports, les bus, le métro le train, tout devient difficile.La vue du monde m'empêche de respirer.

Suis je condamnée à me terrer chez moi ??

Répondez moi s'il vous plaît

Patricia
 Frédéric
Dimanche 22 Juillet 2012

Notez [Ignorer]
Bonjour Patrica,

Tout d'abord laissez moi vous dire que si vous êtes agoraphobe, vous êtes loin d'être condamnée à le rester car il ne s'agit pas d'une maladie mais bien d'un mauvais système de pensées apprises qu'il va falloir désapprendre avec assiduité. La meilleure des choses à faire dans ces cas la est, dans un premier temps, de relativiser sur le fait qu'une angoisse n'est pas dangereuse pour vous, ni physiquement, psychiquement. Ensuite je vous conseille vivement d'aller consulter un médecin psychiatre qui pratique également la psychothérapie comportementable et cognitive. Il est fort probable qui vous préscrive un antidépresseur dans le but d'apaiser votre anxété mais également de franchir les premier pas de votre " désapprentissage " qui consistera à vous exposer aux situations redoutées.
L'association d'une médication adéquate et d'une psychotérapie active semble être selon tout les spécialiste la solution la plus efficace pour " guérir " de ce type de problème.
Il faut également que vous ayez conscience que l'agoraphobie se soigne sur le long terme. C'est une guérison active qui doit provenir à 80% de vos effots. Effectivement vu que ce n'est pas une maladie, vous ne pourrez pas compter uniquement sur les médicaments et sur le temps.

J'espère avoir rassuré vos inquiétudes qui doivent être fortes au quotidien et je les comprends avec d'autant plus de compassion que je suis dans la même situation que vous, dans une lutte de tout les jours.

Telle est la vie :
Tomber sept fois,
Se relever huit.

Cordialement,
Frédéric.
 Frédéric
Dimanche 22 Juillet 2012

Notez [Ignorer]
Bonjour Patrica,

Tout d'abord laissez moi vous dire que si vous êtes agoraphobe, vous êtes loin d'être condamnée à le rester car il ne s'agit pas d'une maladie mais bien d'un mauvais système de pensées apprises qu'il va falloir désapprendre avec assiduité. La meilleure des choses à faire dans ces cas la est, dans un premier temps, de relativiser sur le fait qu'une angoisse n'est pas dangereuse pour vous, ni physiquement, psychiquement. Ensuite je vous conseille vivement d'aller consulter un médecin psychiatre qui pratique également la psychothérapie comportementable et cognitive. Il est fort probable qui vous préscrive un antidépresseur dans le but d'apaiser votre anxété mais également de franchir les premier pas de votre " désapprentissage " qui consistera à vous exposer aux situations redoutées.
L'association d'une médication adéquate et d'une psychotérapie active semble être selon tout les spécialiste la solution la plus efficace pour " guérir " de ce type de problème.
Il faut également que vous ayez conscience que l'agoraphobie se soigne sur le long terme. C'est une guérison active qui doit provenir à 80% de vos effots. Effectivement vu que ce n'est pas une maladie, vous ne pourrez pas compter uniquement sur les médicaments et sur le temps.

J'espère avoir rassuré vos inquiétudes qui doivent être fortes au quotidien et je les comprends avec d'autant plus de compassion que je suis dans la même situation que vous, dans une lutte de tout les jours.

Telle est la vie :
Tomber sept fois,
Se relever huit.

Cordialement,
Frédéric.
 Frédéric
Dimanche 22 Juillet 2012

Notez [Ignorer]
J'oubliais presque l'hypnose qui s'avère être très efficace pour moi.
 claude Rappaport
Lundi 23 Juillet 2012

Notez [Ignorer]
Bonjour Patricia,

le thérapeute en Hypnose Ericksonienne que je suis, abonde tout à fait dans le sens de Frédéric :
il n'y a pas de fatalité à la phobie ! Les dérives, les troubles constatés au moment des crises
peuvent non seulement se résorber mais aller jusqu'à disparaître.
Le recours aux médicaments est toujours une alternative, même si les produits prescrits deviennent parfois agressifs
pour votre corps, et qu'il faut se méfier comme de la peste des phénomènes d'addiction qu'ils peuvent engendrer...
Avec la réponse médicamenteuse, il convient de lutter d'une façon qui doit être la plus efficace possible contre les
phénomènes constatés : par les thérapies comportementalistes, mais aussi par les thérapies brèves et dynamiques
qui utilisent l'Hypnose comme socle de travail, mais aussi l'IMO-EMDR ( Intégration par les Mouvements Oculaires )...
A vous de prendre ce qui va produire les meilleurs bénéfices, sachant que la base de tout est votre votre savoir-être,
la manière qui sera la vôtre d'impacter vos symptômes et de les améliorer, quitte à changer de thérapie si celle que vous
utilisez ne procure pas les effets escomptés...

Bon courage

Rapp

Claude Rappaport, Hypnothérapeute Ericksonien à Paris
 Laurent GROSS
Mercredi 25 Juillet 2012

Notez [Ignorer]
Bonsoir Frédéric,

Permettez-moi de poser quelques points importants qui me semblent primordiaux pour Patricia par rapport à ce que vous écrivez.

Lorsque vous dîtes "vous êtes loin d'être condamnée à le rester ", cette phraséologie me fait frémir :-(

Quelle connotation négative dans ces termes. Jamais un praticien ne poserait ce type de phrase.

Puis vous dîtes "pensées apprises" Non, qu'en savez-vous ? Pourquoi des pensées apprises ? Et pourquoi "désapprendre avec assiduité" ? Depuis quand un patient va-t-il "travailler avec assiduité" pour se défaire d'un trouble ?
Vous allez à l'encontre de ce que notre ami Gaston Brosseau préconise pour le patient : "et surtout ne rien faire" !

Puis vous dîtes "relativiser". S'il était si simple de relativiser, les troubles n'existeraient pas. Nous ne sommes pas dans un monde de bisounours (hélas peut-être).
Et puis relativiser par rapport à quoi ? Par rapport à la mort, comme le préconise Nietzsche ? Alors bien sûr si on mets la vie à hauteur de mort, on n'a plus aucune raison de se plaindre.

Puis vous "conseillez de consulter un psychiatre".
Désolé de vous contredire, mais dans un premier temps, son médecin généraliste sera tout à fait compétent pour l'adresser, s'il le souhaite nécessaire, à un psychiatre qui…. NE LUI PRESCRIRA CERTAINEMENT PAS D'ANTIDEPRESSEURS ! Mais pourquoi, fichtre diantre, des antidépresseurs ? Surtout s'il n'y a pas de dépression. Avez-vous posé diagnostic ? Attention à l'exercice illégal de la médecine !

Peut-être ne le savez-vous pas, mais la grande majorité des psychiatres modernes ne prescrivent pratiquement plus d'antidépresseurs, sauf dans les dépressions sévères, mais pas celles "de la vie courante, souvent un mal être passager, une rupture". La majorité de ces médications sont prescrites par des généralistes, mais très peu par les spécialistes.

Puis vous dîtes "guérir": jamais un thérapeute ne parlera de guérison.

Ensuite vous insinuez que "l'agoraphobie se soigne sur le long terme" ! Ah bon, je ne savais pas ! Mais c'est vrai que ça ne fait QUE 28 ans que j'exerce. Que diraient mes patients que je ne vois que 3-4 fois alors ?

Vous parlez ensuite de "80% d'efforts"…. Alors vous allez à l'encontre de la thérapie brève… et sans efforts. J'ai l'impression que vous ramez à contre-courant...

Effectivement, en conclusion vous parlez de vous, en disant " je les comprends avec d'autant plus de compassion que je suis dans la même situation que vous, dans une lutte de tout les jours". Vous parlez de lutte, et c'est bien ça qui me chagrine.

Comme nous dit si souvent le célèbre Dr Bertrand Piccard au cours des Congrès de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves, "il ne sert à rien de lutter contre le vent, il suffit de prendre un peu plus de hauteur, pour aller choper le vent qui nous mènera dans la bonne direction". (tour du monde en Montgolfière, inventeur du Solar Impulse et issu d'une famille d'explorateurs célèbres)

Savez-vous Frédéric, qu'il existe presque autant d'origines d'agoraphobie qu'il y a de patients, chacun a sa propre histoire, chacun trouve les ressources qui lui sont propres pour commencer à aller mieux ?

Désolé de réagir ainsi, cela est dû à mon statut de superviseur, et à mon grand âge.

Bonne soirée à vous.... Et sans rancune



Laurent Gross, Hypnose Ericksonienne Paris - 75011 & 75004
 claude Rappaport
Jeudi 26 Juillet 2012

Notez [Ignorer]
Bonjour Patricia

je comprends tout à fait la position de Laurent Gross qui réagit (un peu trop peut-être ?) comme un puriste et rétablit donc les vérités premières....N'empêche que la réalité est qu'il faut vous battre et ne plus céder de terrain. Consultez, agissez, ne vous laissez pas enfermer par l'inaction : vous voici avec de nombreuses pistes à explorer : des thérapies possibles, visite chez votre généraliste, dialogue avec lui sur l'opportunité d'une consultation chez un spécialiste, type de thérapies (hypnose IMO-EMDR ou autres...) il y a beaucoup de possibilités....

à bientôt

Rapp

Claude Rappaport, Hypnothérapeute Ericksonien à Paris
 Lizze
Dimanche 15 Août

Notez [Ignorer]
Bonjour
Ou en êtes vous patricia? Est ce que vous êtes sorti de cette situation.
Moi cela fait 13 ans sans grande amélioration malgré les tcc…

Votre nom :


Votre email :
 (non publié)


Message
Balise embed   Annuler ou
Votre vidéo sera affichée en dessous de votre post.